Tous drogués au pétrole, vers la désintox collective

De nos jours, le pétrole est présent dans toutes les sphères de nos vies. Allant de simples bidules en plastique jusqu’au transport de nos fruits et légumes en passant par la machinerie utilisée afin de récolter le coton qui deviendra un jour nos vêtements, le pétrole est partout. Il est donc peu exagéré de dire que nous sommes «Tous drogués au pétrole». Imaginez-vous ce que serait la vie moderne au quotidien sans utiliser une goutte de pétrole, même sous ses formes dérivées? Ça relève un peu du rêve certes mais , il est clairement possible de réduire notre consommation afin de diminuer l’impact dévastateur sur l’environnement de notre bref passage sur Terre. Mais quelles sont les solutions quand à cette problématique bien ancrée dans la société? Les énergies renouvelables! Facile à dire, mais pas si facile à faire…

De nombreuses solutions s’offrent à nous afin de remédier à ce problème. Parmi les plus connues, on retrouve l’hydroélectricité, l’énergie éolienne et l’énergie solaire. Il n’est pas rare de voir des parcs d’éoliennes en sillonnant  les routes du Québec allant de Châteauguay en Montérégie jusqu’à Cap-Chat en Gaspésie. Les corridors venteux sont très abondants par chez nous alors pourquoi ne pas en profiter? C’est ce qui a été tenté il y a quelques années avec le développement de l’exploitation éolienne. Malheureusement, le projet a connu un flop total en raison de sa rentabilité négative. Le projet a été lancé avant que la recherche ait permit de développer la technologie de façon à augmenter la productivité et ainsi réduire les coûts. L’exploitation de l’énergie éolienne n’est donc pas encore à point. (Pour plus d’information sur le développement des énergies renouvelables, consultez l’entrevue réalisée avec un expert en cliquant ici)

Quant à l’énergie solaire, bien que l’installation de panneaux solaires personnels soit dans les tendances,  cette ressource n’est pas adaptée pour la production de masse à des fins de consommation provinciale en raison des besoins des consommateurs. Les pics de consommations s’observent le matin entre 6h et 9h et le soir entre 16h et 20h (Hydro-Québec, 2015) tandis que le soleil atteint son zénith, c’est-à-dire son maximum de luminescence à 12h. Il est difficile de transformer toute cette énergie rapidement et de la stocker afin de la redistribuer plus tard. De plus, la plus forte consommation d’électricité est en hiver puisque les ménages sont chauffés avec de l’électricité. Par contre, le soleil est moins fort et moins présent durant la période hivernale. Ce système peut fonctionner de façon personnelle mais pour les raisons expliquées, n’est pas encore adapté à la distribution commerciale. La recherche pour le perfectionnement de l’efficacité de cette ressource est nécessaire.

Alors quelle est la solution la plus enviable? L’hydroélectricité! Le Québec est un leader mondial dans le développement des réseaux hydroélectriques avec 668 barrages en fonction à ce jour, répartis sur 75 rivières (Hydro-Québec, 2015). En effet,«Hydro-Québec produit  99% de son électricité à partir de l’eau» (Hydro Source d’avenir, 2015). La construction de barrages est  couteuse mais est rentable grâce à son utilisation à long terme . La construction, la maintenance et l’entretien des centrales créent des emplois fixes à moyen et long terme. L’efficacité énergétique de la centrale est assurée par l’étude préliminaire du débit des cours d’eau. Elle est donc assurée d’être rentable. Le débit de la rivière est infini, ce qui permet de produire la quantité d’électricité voulue. Si la démographie du Québec continue de s’accroître, les besoins énergétiques eux aussi augmentent. Cette solution est donc souhaitable à long terme afin d’assurer l’approvisionnement en électricité. De plus, comme leur production est supérieure à la consommation actuelle, des exportations de l’électricité québécoise vers l’Ontario et les États-Unis permet de tirer un revenu supplémentaire (Ministère de l’énergie et des ressources naturelles du Québec, 2015). Les barrages ont de multiples fonctions. La première étant bien évidemment de produire de l’électricité renouvelables, elles permettent également de contrôler les niveaux des cours d’eau en amont et en aval afin de prévenir les débordements, ils sont des attraits touristiques, . Ce n’est pas les rivières à moyen et haut débit qu’il manque au Québec alors cette solution est à considérer sérieusement compte-tenu que nous avons l’expertise, ici au Québec.

Carte schématique des réseaux de distribution de l’électricité au Québec et aux états voisins

carte hydro

GABA, Eric, «Hydro-Québec Main Facilities», [En ligne], http://en.wikipedia.org/wiki/Hydro-Qu%C3%A9bec#/media/File:Quebec_Map_with_Hydro-Qu%C3%A9bec_infrastructures-en.png

Cette carte schématise les installations de production d’électricité à travers le Québec. Tel que l’indique l’image, les différentes centrales et barrages sont inter reliés grâce à un système de câbles à haute tension. Il est également possible de voir que le système électrique Québécois est relié aux réseaux Ontariens et Américains pour l’exportation de l’électricité, tel que mentionné précédemment.

Et moi, qu’est-ce que j’en pense? Le développement durable fait maintenant partie courante du vocabulaire employé lorsque nous parlons de l’avenir. Préserver l’environnement, diminuer la pollution, réduire la consommation de pétrole sont des expressions que nous entendons souvent. Il est important de faire preuve d’optimisme et d’imagination lorsqu’on réfléchit aux solutions quant au fléau de la dépendance pétrolière. Certes si certaines sources d’énergies renouvelables ne sont pas encore au point, il est primordial de poursuivre les recherches afin de développer les innovations dans ce domaine. J’imagine difficilement une vie complètement exempte de pétrole mais je pense sérieusement que nous avons des efforts tant individuels que collectifs à faire. Bien sur, tout n’est qu’une question de valeur. Sommes -nous réellement prêts à laisser tomber notre confort et notre sécurité pour préserver l’environnement? Si c’est le cas pour certains d’entre nous, c’est loin d’être le cas de tous. Il est grand temps de prendre conscience des solutions envisageables et le développement des énergies renouvelables en fait partie.

 

Annie Vinet

Pour en apprendre plus sur la problématique entourant l’exploitation pétrolière, visitez le site internet du mouvement collectif Élan global. Un vidéo explicatif sur la problématique du pétrole est très évocateur.

Le développement des énergies renouvelables au Québec, l’avis d’un expert

Hydro-Québec est une des principales sociétés de l’état Québécois. En effet, elle gère toutes les activités reliées à la production, le transport et la distribution de l’électricité destinée à la consommation tant résidentielle, industrielle que commerciale. J’ai eu la chance de faire une entrevue avec un ancien travailleur, nouvellement retraité, de la société d’état M. Martial Poupart. De son œil d’expert, il a répondu à quelques questions en lien les avenues possibles quand au développement de nouvelles sources d’énergie renouvelable ainsi que les embûches associées. Nous avons discuté de plusieurs sujets en lien avec l’électricité et les sources d’énergies renouvelables ainsi que leur avenir dans le Québec de demain. Voici donc un compte-rendu de notre entretien.

 

Tout d’abord, M. Poupart occupait la fonction de contrôleur financier c’est-à-dire qu’il complétait des tâches de vérificateur financier. Il a travaillé sur de nombreux projets d’envergure tels que la vérification des contrats et de la facturation suite à la construction des barrages hydroélectriques de la Baie-James. Ces fonctions sont indirectement reliées au développement des énergies renouvelables puisqu’Hydro-Québec est séparé en trois principaux groupes travaillant conjointement: le groupe de production de l’électricité, le groupe de transport de cette dernière et finalement le groupe de la distribution. Il faisait partie de l’équipe de la distribution qui était chargé de faire le lien entre les grandes lignes de transport et les consommateurs. Inversement, le groupe de distribution étudie les besoins des Québécois selon les régions et les transmet au groupe de production afin de répondre à cette demande.

Le développement des énergies renouvelables a une importance relativement marquée dans l’économie du Québec de demain. En effet, il faut rester prudent puisque la recherche pour le développement coûte extrêmement cher, ce qui freine malheureusement l’expansion dans ce domaine. Bien que les énergies alternatives permettent de réduire la dépendance aux énergies fossiles très couteuses, elles ne sont pas les bienvenues à n’importe quel prix. Par exemple, les éoliennes ont une productivité variable et des coûts fixes tandis que l’hydroélectricité connaît un rendement plus fiable. Il faut trouver un compromis entre la quantité d’énergie renouvelable à développer et les coûts engendrés. D’un point de vue administratif, les obstacles au développement des énergies renouvelables est évidemment leurs effets sur les tarifs d’électricité. Non seulement ces sources requièrent beaucoup de recherche pour les perfectionner mais elles nécessitent l’investissement dans la construction de nouveaux réseaux de transport. Le principal problème demeure la régularité non assurée de la production en opposition directe avec les coûts élevés générés.

La dépendance énergétique  et plus particulièrement la dépendance pétrolière affecte tous les Québécois, qu’on le veuille ou non. La clé est dans la diversité dans les sources d’approvisionnement. Être dépendant à l’énergie solaire n’est pas nécessairement mieux qu’être dépendant au pétrole. Il faut diversifier nos sources afin de s’assurer un approvisionnement. Heureusement, les énergies renouvelables permettent de le faire tout en réduisant notre empreinte écologique et les émissions de gaz à effet de serres (GES). C’est pourquoi il faut investir dans la recherche sur les sources d’énergies alternatives telles que l’énergie éolienne, l’énergie solaire, l’énergie marémotrice, le biogaz formé à partir de déchets, etc. Les innovations issues des recherches permettent notamment d’améliorer la performance et l’efficacité et de diminuer les coûts en transport de l’énergie. Comme l’a mentionné M. Poupart, «l’indépendance pétrolière ne se fera du jour au lendemain mais il faut encourager le développement des sources d’énergie alternatives».

Le développement de la production d’énergie éolienne tel qu’il est pris en charge en ce moment soulève le mécontentement de la population pour une raison économique très simple : ce n’est pas rentable. Théoriquement, la décision politique d’implanter des parcs d’éoliennes était  bonne. Par contre, on a vu trop grand, trop vite. Le savoir-faire n’était pas encore à point malgré la recherche et c’est pourquoi ce projet n’a fait qu’engloutir des fonds publics. Le but d’installer des éoliennes dans la région de la Gaspésie n’était uniquement dans le but d’exploiter les corridors venteux mais aussi de créer de l’emploi dans une région où le travail se fait relativement rare. Les moyens n’étaient pas optimisés pour réduire au maximum les coûts. De là se dégage toute la problématique derrière l’exploitation éolienne au Québec. C’est une énergie prometteuse et c’est pourquoi il faut continuer la recherche pour diminuer les coûts ce qui rendra peut-être éventuellement cette source d’électricité rentable.

Transport d’un pale d’éolienne vers son site de production

pale éolienne

TALLULAH, Anna, «Palle d’une éolienne – Parc du Massif du sud», [En ligne], http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pale_d’une_%C3%A9olienne_-_Parc_%C3%A9olien_du_Massif_du_Sud.jpg

Cette photo permet de voir une pale d’éolienne transportée vers le parc éolien du Massif du Sud, au Québec. Ce parc se situe environ à une heure de route de la capitale nationale. De cette photo, nous pouvons déduire le caractère dichotomique de la production d’énergie propre (l’énergie éolienne) qui dépend de l’énergie fossile (le camion ayant besoin de diesel pour fonctionner).

 

Personnellement, je considère que la recherche dans le développement des énergies alternatives est indispensable. Nous sommes tous dépendants de l’énergie, que nous le voulions ou pas alors pourquoi ne pas diversifier nos sources comme le suggérait M. Poupart? Un monopole n’est jamais efficace, peut importe le domaine dans lequel il se trouve. Un monopole hydroélectrique n’est pas moins dangereux qu’un monopole pétrolier ou éolien, les enjeux sont simplement différents. La diversification des sources d’énergie sont un énorme pas dans la bonne direction vers la préservation de l’environnement pour les générations futures. Il est pratiquement impossible de de retirer complètement le pétrole de nos vies, par contre, il est possible de réduire son importance. De petits gestes posés individuellement s’additionneront ont auront une grande portée. 7 millions de petits gestes formeront un mouvement remarquable.

 

Annie Vinet

 

Pour voir des exemples des effets dévastateurs du pétrole et de ses produits dérivés sur la faune, visitez l’article « 17 photos déchirantes des effets de la pollution sur le monde animal». ATTENTION CES IMAGES PEUVENT ÊTRE DIFFICILES À REAGRDER!!!

Portait d’Annie Vinet

annie

Bonjour à vous! Je me présente, je m’appelle Annie. Je suis étudiante au Cégep Gérald-Godin en sciences humaines dans le profil administration. Je termine actuellement mes études collégiales et j’aurai prochainement la chance de réaliser un rêve puisqu’en septembre, j’irai étudier à L’Université Laval en agronomie. Je m’intéresse grandement à tout ce qui est en lien avec la nature et l’agriculture.