Les pressions sociales : un enjeu important chez les jeunes atteints du TDAH.

De nos jours, la société accorde une grande importance à la réussite scolaire chez les étudiants. Ce jugement de société affecte plusieurs enfants atteints du TDAH, puisque ceux-ci doivent fournir plus d’efforts pour bien performer à l’école. Leur réussite étant plus difficile à atteindre, ils ont tendance à se comparer à leurs pairs, se montrant plus performants, meilleurs et compétents. Cette comparaison les incite ainsi à se rabaisser et à se sentir dévalorisés suite à leurs échecs. C’est alors que certains enfants peuvent tomber dans une phase dépressive. Les jugements de la société qui touchent les enfants ayant le TDAH constituent un enjeu de dimension sociologique.

Normalement, il y a deux réactions face aux pressions sociales : l’enfant se décourage et tombe dans un état dépressif, car celui-ci se sent exclu ou l’enfant devient très persévérant, car il met beaucoup d’effort dans ses travaux et il est fier des notes qu’il obtient à l’école.

image enfant depress

Source: http://pixabay.com/fr/triste-apprentissage-%C3%A9cole-lecture-544730/

Dans cette photo, on peut bien voir qu’il y a une tonne de devoirs à côté de l’élève et que celui-ci à l’air déçut. Le TDAH ne laisse pas seulement l’enfant avec des problèmes académiques, mais le fait qu’il ait cette difficulté peut lui engendrer des problèmes psychologiques. Le fait qu’il se sente différent des autres et qu’il ne soit pas capable d’accomplir ce que les autres sont capables peut mettre l’enfant dans un état de questionnement envers ses capacités et aller jusqu’à le rendre dépressif.

Les préjugés envers le TDAH sont encore nombreux, car c’est un sujet d’étude qui n’est pas encore entièrement compris. C’est un handicap non visuel, donc il est aussi souvent mal interpréter. Les enfants atteints d’un TDAH en souffrent, car leur entourage réagit souvent en défaveur de leur comportement différent. Les professeurs au niveau primaire et secondaire peuvent avoir de la difficulté à gérer un enfant ayant un TDAH et adopter un comportement différent envers celui-ci. Cette façon d’agir chez l’enseignant laisse l’élève avec un sentiment de rejet.

Personnellement, je crois que les pressions sociales face au TDAH diminueront chaque année, car le sujet est à l’étude et bientôt nous connaitrons comment traiter un TDAH. La société devrait encourager les enfants souffrants d’un trouble de déficience d’attention à ne pas se sentir différent, car ils ne le sont pas et à ne pas tenir compte des préjugés ou de la pression sociale. Ils devraient se concentrer sur leur réussite scolaire et organisationnelle. Ce qui est difficile est que notre société possède un type d’enseignement et il est construit sur la base que les élèves sont tous aptes à apprendre également. Donc, ceux qui ont des troubles d’apprentissage sont pénalisés, car le système d’éducation n’est pas construit pour qu’ils soient en mesure de performer. La pression sociale exercée sur ces enfants est encre lourde, mais elle diminue d’année en année et j’espère bientôt qu’elle disparaitra et que nous pourrons enfin prendre en charges ces élèves du mieux qu’on peut pour qu’ils bénéficient du même parcours scolaire que le nôtre.

Samuel Lalonde-Richard

Les outils de compensations pour les TDAH : un nouveau marché économique?

Le trouble du déficit d’attention (TDAH) est de plus en plus pris en charge dans les écoles. Les services offerts pour venir en aide sont maintenant présents du primaire jusqu’à l’université. Il n’y a pas plus de dix ans, ce handicap intellectuel n’était pas pris en charges et n’étaient pas sujet de nombreuses études. Depuis les dix dernières années, la prise charges du TDAH en milieu scolaire s’est beaucoup développée. De nombreux hommes d’affaires, recherchistes et spécialistes sont maintenant en train de construire un marché économique qui a comme base le TDAH.

image econo

Source: http://pixabay.com/fr/%C3%A9conomie-coop%C3%A9ration-silhouettes-437509/

Dans cette image, on peut voir quatre personnes en train de discuter de la situation économique de la société. On pourrait définir le graphique de l’illustration comme étant une augmentation constante de l’économie grâce au TDAH.

Le taux d’enfants diagnostiqué du TDAH est en constante augmentation. Le TDAH a commencé à être diagnostiqué il y a un peu plus de 30 ans, mais il y a seulement depuis les dix dernières années qu’on aide les élèves atteints de ce handicap d’apprentissage. Les élèves TDAH doivent être stimulés par le moins de choses, car ils sont facilement distraits. Donc, les écoles ont commencé à permettre aux élèves et étudiants d’utiliser des outils compensatoires lors d’exam, lorsque ceux-ci souffrent de TDAH. Les plus utilisés sont des coquilles et des écouteurs. Ses outils sont simples et plus ou moins bénéfiques. Alors, étant donné qu’il n’y a pas de marché économique encore fondé sur les outils compensatoires, cela laisse une demande d’aide en constante augmentation. Le marché d’outils compensatoire est en train d’émerger et sera bientôt un marché qui prendra de l’ampleur et qui permettra à des compagnies de prendre le monopole et de développer différents types d’outils. En effet, le taux d’enfant diagnostiqué de TDAH chaque année est en constante augmentation et les parents de ces enfants voudront leur venir en aide. Donc, le marché économique basé sur l’aide des enfants atteints d’un TDAH offre déjà plusieurs outils pour aider les parents et les enfants à bien vivre avec le TDAH. Des guides (Chenelière 24 avril 2015), des logiciels, des jeux sont en ventes aux familles pour que ceux-ci développent un mode de vie adéquat et aident leur enfant à s’organiser et à se préparer aux études et à la vie au travail.

Un autre point important à ne pas oublier est le fait que les élèves avec des troubles d’apprentissage se découragent plus vite que les autres, car ils ont le sentiment d’être différents entrainant un taux de décrochage scolaire élevé. Ce décrochage scolaire a un impact indirect sur l’économie provinciale. En effet, les décrocheurs deviendront, pour la majorité, des travailleurs ayant un revenu bas. Donc, économiquement, ils ne font pas rouler l’économie comme ceux qui ont un revenu plus élevé et qui achètent constamment des biens de consommation. De plus, les décrocheurs sont des gens qui auraient pu devenir des fonctionnaires, des médecins, des recherchistes, etc. Étant donné qu’ils deviendront des ouvriers, les emplois auxquelles ils n’ont pas les études pour appliquer, ne se combleront jamais et il manquera de travailleurs de la sorte. Par exemple, la pénurie de médecins de famille pourrait s’améliorer si tous les décrocheurs continuaient leurs études jusqu’à l’université. Étant donné que c’est improbable, aider les personnes ayant un TDAH à rester à l’école, les emplois qui manquent de travailleur pourraient augmenter leur nombre de travailleurs.

image decro

Source : www.saj.gouv.qc.ca

Selon moi, si un nouveau marché, sur les outils compensatoires du TDAH, venait par se développer je crois que ça amènerait plein de nouveaux moyens pour leur venir en aide. Pour l’économie, ce nouveau marché créera de nouveaux emplois et il s’installera dans l’économie québécoise l’aidant à prospérer. De plus, plein de nouveaux outils seront créés pour venir en aide à l’enfant atteint du TDAH. La compétition dans le marché créera la production d’outils de meilleure qualité et surement de différents outils plus spécifiques pour venir en aide à des problèmes plus particuliers. Je peux voir l’avènement de ce marché que bénéfique, car le TDAH  est un sujet qui commence à être pris en compte. Plus le marché prendra de l’expansion, plus de recherches seront faites, donc nous accorderons plus d’importance aux enfants atteints d’un TDAH, ce qui nous permettra aux élèves de recevoir le meilleur soutien possible selon leur diagnostic.

Samuel Lalonde-richard