Le TDAH de A à Z

Au Québec, les troubles de comportements chez les enfants sont de plus en plus fréquents et ils sont à la hausse. C’est la raison pour laquelle je m’attarderais à vous présenter la dimension psychologique et sociologique des jeunes atteints du TDAH, « la deuxième problématique en importance » (Landry, 2010, p.112) dans les milieux scolaires. Étant donné que les enfants sont les adultes de demain, il est très important de comprendre la problématique chez cette tranche d’âge pour parvenir à y remédier en instaurant des solutions. Ainsi, l’article suivant répondra aux questions suivantes : « Qu’est-ce qu’une journée typique pour un jeune atteint du TDAH? » et « Comment le TDAH affecte le jeune et son comportement? ». De la sorte, il sera possible de repérer les problèmes chez un jeune et de trouver des solutions dans le but d’aider un proche et d’améliorer les méthodes d’intervention dans les milieux scolaires. En trouvant des solutions et en les appliquant, cela n’affectera non seulement le jeune, mais affectera le Québec de demain. Voici ce à quoi ressemble la vie d’un jeune québécois atteint de TDAH.


Début de la journée: 7h30 – Cameron! Réveille-toi!

ADHD alarm
(Mania Nik Kami, 2015 « Biiiip »)

C’est ainsi que débute chacune de mes journées. Je me réveille en me demandant ce à quoi ressemblera ma journée et ce dont je ferais à l’école. Est-ce que je fâcherais mes professeurs encore? Seront-ils déçus de moi? Est-ce que je vais énerver mes parents? Est-ce que je vais encore me faire chicaner parce que je bouge trop?

Je sors de mon lit et je commence à me préparer. Je vais déjeuner. C’est souvent la même chose. Un morceau de pain (sans gluten) avec du fromage et des fruits. Je n’ai plus le droit de consommer de produit avec gluten, d’œuf, de sucre, de yogourt liquide, de boisson gazeuse, de jus (appart celui que ma mère me fait) ou même de ketchup sur mes frites. Mon docteur m’a dit que cela va m’aider, car je suis hyperactif. Ensuite, je me brosse les dents ce qui me prend souvent beaucoup de temps et, finalement, je vais m’habiller pour l’école. Par contre, avant de partir, ma mère me répète : c’est le temps de prendre ton médicament!


8h00 – Temps de prendre mon médicament (Ritalin)

Je déteste ce médicament! Je suis tanné. Argh. J’ai trouvé des techniques pour m’empêcher de prendre ce médicament. J’ai dit à ma mère que je ne suis pas capable d’avaler les pilules, donc elle les sépare en deux et verse la poudre dans l’eau. Les matins où elle est pressée, elle court partout. Elle n’est pas dans la cuisine. Alors, je vide mon verre dans le lavabo. Parfois, je prends une gorgée et je vais à la toilette. Dès que j’ai fermé la porte, je crache, sans faire de bruit, le mélange dans le lavabo et je fais semblant de me laver les mains. Par contre, certains matins je suis heureux de prendre mon Ritalin. Cela me calme et je sais que je me concentrerais plus à l’école. Mes professeurs sont heureux et ils me mettent moins en punition. Ainsi, je peux jouer plus longtemps avec mes amis.


8h30 – L’école

Ma mère me dépose à l’école. Je débarque de l’auto et je cours dans la cour d’école. J’ai tellement d’énergie. Je cours partout. J’adore jouer à ballon chasseur et à « tag » durant mes pauses. Le matin, on n’a pas beaucoup de temps à jouer par contre. La cloche sonne très vite. On se met en fil et on rentre dans notre classe. Je suis le plus vite. Je cours, je mets mon manteau et je rentre dans la classe. Je suis assis en avant de la classe devant Madame Catherine, mon professeur de quatrième année. Je n’aime pas les mercredis. On commence la journée avec le jogging mathématique et après, on fait des travaux dans le cahier Défi mathématique. Je n’aime pas cela. Julie rit toujours de moi parce qu’elle est plus intelligente que moi. Au lieu de compter mes cubes en dizaine, je joue avec eux. J’aime construire de grandes tours. Je dessine aussi des araignées comme ceux dans Spider-Man sur mon bureau. Madame Catherine me punit souvent durant cette période.

J’aime le jeudi. J’ai mon cours d’éducation physique et mon cours d’arts plastiques. C’est mes cours préférés. J’adore jouer au soccer avec mes amis durant mon cours d’éducation physique. Je suis le meilleur. Je fais plein de buts. Durant mes cours d’arts plastiques, d’adore bricoler. Je dessine souvent des superhéros et je construis des trucs avec du carton. J’impressionne mes amis. Madame Catherine aussi est fière de moi. Elle accroche toujours mes dessins au fond de la classe.


12h00 – La récréation après le dîner

Après le dîner, on va jouer dehors sauf s’il pleut. J’aime la récréation, car je peux jouer autant que je veux et courir partout. Par contre, je me chicane parfois avec mes amis. Ils ne veulent pas jouer avec moi parce que je dérange souvent la classe et la professeure. Parfois, je deviens fâché et je les frappe. La surveillante m’apporte à l’Oasis et je dois remplir une fiche de réflexion. Je n’aime pas cela. Joël, la surveillante de l’Oasis me calme souvent.


1h15 – Retour en classe

Après la récréation, je veux encore jouer. Je suis déconcentré et je bouge beaucoup. J’ai hâte de rentrer chez nous. Madame Catherine met souvent un sourire triste pour la 3e et 4e période dans mon cahier. Ma mère ne sera pas fière de moi.


3h30 – Maison

(Mania Nik Kami, 2015)
(Mania Nik Kami, 2015 « Tdah et les études »)

Ma mère vient finalement me chercher. On rentre à la maison. Je regarde un peu la télévision. Après ma maison me demande de faire mes devoirs. Je n’aime pas les faire. Je préfère dessiner ou m’amuser avec mes superhéros. Je n’aime pas m’asseoir sur une chaise pour longtemps à faire mes devoirs. Aussi, je préfère bouger. Ma mère m’oblige à faire mes devoirs. Lorsque je les fais, cela me prend souvent plusieurs heures à les finir, car je suis très déconcentré.


Fin de la journée : 8h00 – Dormir

Après avoir soupé, je dois aller dormir. J’ai de la facilité à m’endormir. Ma mère me dit que c’est parce que j’ai trop bougé durant la journée.


Ainsi, après avoir été en contact avec un jeune atteint de TDAH, j’ai pu me pencher sur une branche des sciences humaines, la sociologie, c’est-à-dire une discipline qui a pour objet les phénomènes sociaux. Elle étudie les formes, les développements et les évolutions de la cohabitation des hommes, ainsi que les facteurs qui ont une influence sur cette cohabitation. En effet, cela démontre la manière dont le jeune interagit avec ses pairs et son entourage, mais surtout sa manière dont il pense. De cette manière, j’ai pu définir ce qu’est une  journée typique pour un jeune atteint du TDAH. En effet, ces jeunes deviennent souvent tannés et frustrés d’eux-mêmes et de leur entourage. Par contre, comme Mme Oliverira, la conseillère en services adaptés du Cégep Gérald-Godin, a mentionnée durant une entrevue, un jeune atteint du TDAH est généralement très persévérant. Ainsi, dans le cas de ce jeune garçon, il a de la misère à s’adapter en ce moment, mais, selon les propos de la conseillère, à long terme, tout se passera bien pour celui-ci. En effet, les écoles et même les milieux de travail adoptent des programmes pour les jeunes dans le but de les aider à réussir, un droit que chaque être humain possède. Ainsi, en trouvant des solutions et en améliorant les méthodes d’intervention dans les milieux scolaires, cela garantira un meilleur futur pour le Québec.

Mahsa Nikkami

Existe-t-il une solution clé pour remédier au TDAH?

Au Québec, en 2005, plus de 200 000 jeunes souffraient de problèmes de la santé mentale (Landry, 2010, p.115), et ce chiffre ne cesse de croître au fil des années. C’est pour cette raison que dans cette article j’aborderais le trouble du déficit d’attention avec ou sans hyperactivité. Mais « existe-t-il une solution clé pour remédier au TDAH? ». Pour répondre à cette question, je vais vous présenter une vidéo sur Youtube intitulé : « ADHD As A Difference In Cognition, Not A Disorder: Stephen Tonti at TEDxCMU ».

En me penchant sur la question mentionnée plus haut, on peut constater que cette dernière peut s’expliquer grâce aux dimensions psychologiques et sociologiques. En effet, le TDAH est un trouble neuropsychiatrique. Dans d’autres mots, elle se concentre à l’étude et au traitement des maladies mentales.  De ce fait, elle se rapporte à la psychologie, c’est-à-dire une discipline qui vise la connaissance des activités mentales et des comportements en fonction des conditions de l’environnement. En étudiant la dimension psychologique de ce trouble, cela me permettra d’analyser les impacts que ce trouble a sur l’être humain et sur son avenir. De la sorte, il sera possible de repérer les problèmes chez un jeune et de trouver des solutions dans le but d’aider un proche et d’améliorer les méthodes d’intervention dans les milieux scolaires.

Dans cette vidéo, on aperçoit un individu prénommé Stephen Tonti qui fait une conférence à TED, « une série internationale de conférences organisées par la fondation à but non lucratif Sapling Foundation » (TED, s.d.). Dans la vidéo, il explique que ce n’est ni un docteur, ni un chiropracticien, ni un pédiatre, mais plutôt son professeur de deuxième année qui a diagnostiqué qu’il avait le TDAH. En effet, il affirme que ce trouble n’a aucunement affecté sa carrière même s’il fut rejeté par les jeunes de son âge. Selon lui, le TDAH est mal compris. Ce n’est pas seulement le fait d’avoir une manque de concentration, mais c’est aussi le fait d’avoir de la difficulté à sélectionner quelque chose et d’y consacrer du temps. Il faut alors décider plutôt ce à quoi ils veulent porter attention.

Source: https://www.flickr.com/photos/ryantron/4453018910/ « Manque de concentration »

Par la suite, il explique que la société n’intervient pas de la bonne manière avec les jeunes atteint du TDAH. Comme il est mal compris et qu’il est traité comme un trouble, il explique que les spécialistes tentent de débarrasser les gens de leur TDAH, mais que la vraie solution est d’apprendre à vivre avec ce dernier. On pourrait faire un lien entre cette affirmation et l’augmentation des prescriptions de Ritalin chez les jeunes. En effet, le Ritalin est le médicament le plus utilisé chez les enfants souffrant du TDAH (Lefebvre, 2001) . Ce médicament consiste à baisser le niveau d’hyperactivité qui se manifeste chez le jeune. Cependant, ce médicament a plusieurs effets secondaires comme l’irritabilité, l’insomnie, les douleurs abdominales, etc. La meilleure solution pour remédier au problème des enfants souffrant de TDAH consiste en la prise en charge de ses jeunes, et ainsi, leur donner des trucs pour bien vivre avec leur maladie au lieu de tenter de les débarrasser de leur maladie.

Alors, mettez-vous dans la peau d’un individu atteint de TDAH pour 2 secondes. Effectivement, vous ne voudriez ni être jugé ni critiqué. Comme Mme De Oliveira la mentionné durant une entrevue, il est facile de venir en aide à un individu qui possède des béquilles, car nous voyons qu’il a un problème et qu’il nécessite de l’aide. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un individu ayant le TDAH, il est nettement plus dur de le constater.  Cela illustre alors le fait qu’il est nécessaire d’améliorer  les méthodes d’intervention dans les milieux scolaires pour venir en aide aux jeunes québécois et à la société de demain. Finalement, pour revenir aux paroles de Stephen Tonti, étant donné qu’un jeune atteint de TDAH persévère au fil des années et apprend à se connaître, il est donc logique que la solution clé soit d’apprendre à vivre avec son trouble et de se fixer des attendes raisonnables.

Mahsa Nikkami