Le défi d’adaptation chez les immigrants

photo DIA 1

Dans cette partie du projet, nous aborderons les dimensions psychologiques des personnes immigrantes. En me basant sur mes expériences personnelles et familiales, j’aimerais faire un portait d’un processus d’adaptation sur une personne immigrante. Étant un immigrant politique, j’ai vécu cette expérience d’adaptation et je suis passé par le processus d’intégration. Avant tout, j’aimerais souligner que le processus d’adaptation est un processus très complexe qui n’est pas facile. C’est un processus qui demande à la personne en question beaucoup chose à la fois. En effet, l’adaptation est un processus qu’on pourrait décrire comme une période d’acquittions de nouvelles connaissances. Premièrement, l’immigrant doit faire face à plusieurs nouveautés. Ceci est une démarche qui demande une ouverture. La décision de l’immigration est aussi une démarche psychologique qui débute du moment où la personne décide de quitter son pays natal. Effectivement, il n’est pas facile pour une personne de décider de quitter ses racines. C’est une décision importante qui comprend aussi la décision de quitter ses proches et la stabilité que la personne a pu bâtir avec le temps. Dans mon cas, cette décision était vitale, mais la plupart du temps lorsqu’une personne prend une décision de la sorte est dans le but d’améliorer sa situation en se donnant la chance de recommencer une nouvelle vie dans un territoire inconnu. Une personne immigrante doit faire face à plusieurs enjeux. Du point de vue de la personne experte que nous avons interrogée, Claudia Cavos , intervenant dans le programme Crédil mit en place pour favoriser l’intégration des nouveaux immigrants de Lanaudière, dans la majorité des cas c’est une adaptation difficile, car il y a plusieurs barrières à franchir en partant de la langue. Ensuite vient la compréhension du fonctionnement de la société qui peut prendre un peu de temps avant de bien le comprendre, car il est parfois très différent de nos pays natals. Toujours selon Claudia Cavos, la première année c’est l’année la plus éprouvante psychologiquement. En effet, c’est souvent la période ou la personne vit plusieurs chocs par le manque de connaissance minimale des mœurs générales du pays. À partir de ceci on peut confirmer que les origines, la culture et les connaissances générales peuvent favoriser l’intégration du pays. Par expérience personnelle j’ajouterais que l’âge de la personne immigrante peut aussi influencer cette adaptation. Effectivement, pour une personne plus âgée l’adaptation peut s’annoncer plus difficile que pour une jeune personne. Premièrement, il est prouvé qu’une jeune personne éprouve plus de facilité à apprendre une nouvelle langue ce qui est un énorme avantage, car c’est une des plus grandes barrières à franchir. Une fois que la langue est maitrisée, cela favorise la mobilité sociale de la personne et facilite l’intégration[1].

En ce qui concerne l’intégration culturelle, celle-ci se fait encore une fois plus facilement chez les jeunes personnes. Chez les adultes, c’est une démarche qui demande une attitude plus flexible, étant donné que leur assimilation culturelle s’est déjà développée dans un pays distinct, ils vont devoir repasser par le processus d’apprentissages culturel et devront jungle avec deux cultures différentes. C’est aussi le cas du jeune enfant, mais c’est différent. L’enfant a un avantage sur les parents, car il s’adapte plus facilement et la flexibilité de son cerveau lui permet d’emmagasiner des nouvelles connaissances plus rapidement que les adultes. L’enfant apprend des deux culturels à la fois et son ouverture d’esprit est beaucoup plus grande étant donné que sentiment d’appartenance du pays natal est beaucoup moins fort. Il est en plein processus d’assimilation culturelle[2].

[1] (Michelle Labelle ) 2012

[2] (Michelle Labelle ) 2012

Le Canada, un pays coopératif

ddiiaa ppphh

cet article fera un portrait, sous un aspect sociologique, de toutes les sortes d’aides et programmes qui sont mis en place afin de favoriser l’intégration d’un nouvel arrivant du Canada. Premièrement, il est bon de savoir qu’il existe des programmes et des organismes qui touchent à des domaines spécifiques de l’immigration. Le Canada et la province du Québec sont très bien préparés à accueillir des immigrants. Cet article abordera avant tout les programmes mis en place par le gouvernement du Québec. Le ministère de la diversité, de l’inclusion et de l’Immigration on mit en place le programme «Réussir l’intégration». Afin d’aider, les ministères donnent des subventions aux  organismes dont leur but   non lucratif est d’aider les nouveaux arrivants en offrant du soutien et des bons conseils d’orientation pendant la démarche d’intégration. L’objectif du programme est d’accélérer le processus d’intégration des immigrants afin que les personnes immigrantes deviennent actives dans la société québécoise. Le programme «Pour réussir l’intégration» contient comme la plupart des autres organismes des volets spécifiques avec des objectifs précis. Le programme «Réussir l’intégration» en contient cinq différends :

Volet 1 : Information, orientation et suivi.

Volet 2 : Accueil et installation des personnes réfugiées ou protégées à titre humanitaire outre-frontières

Volet 3 : Aide au logement et information pour les personnes ayant demandé l’asile

Volet 4 : Amélioration des services offerts aux personnes immigrantes dans le cadre du programme

Volet 5 : Information et orientation pour les personnes détenant un permis de séjour temporaire en vertu du Programme des aides familiales résidantes[1].

 

En bref résumé, ce programme a pour but d’offrir un soutien à la personne immigrante qui est installée sur le territoire du Québec tout en divulguant des outils et des informations pour enrichir les connaissances du fonctionnement de la société. Un de leurs buts est de faciliter l’installation et l’intégration. Aussi, aider la personne à mieux comprendre le milieu et l’aider à s’adapter au nouvel environnement. Pour les personnes qui n’ont pas accès facilement aux services d’intégration, le service peut également s’offrir en ligne. À travers ce programme les immigrants sont soutenus et suivis et il offre des renseignements très variés. L’objectif est de fournir tous ses services à un maximum de clientèles admissibles sans aucune discrimination en respectant l’article 10 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.[2]

 

Ensuite, le programme «Mobilisation –Diversité» est mis en place dans le but d’encourager les organismes d’immigration en tenant compte des besoins ethnoculturels diversifiés des citoyens. Le programme offre la possibilité de partenariat afin de venir compléter les actions du Ministère et de partenariat pour ainsi avoir la possibilité d’amener les acteurs socioéconomiques à faire de la diversité ethnoculturelle[3]. L’objectif est de favoriser la croissance de l’immigration, amener l’immigrant à bien participer dans la vie collective et favoriser l’ouverture ainsi que la diversité. Les organismes qui veulent conclure une entente avec le Ministère doivent avant tout respecter certaines obligations qui ont toutes pour but d’assurer la meilleure intégration possible de l’immigrant.

Par la suite il existe aussi le programme «Accès aux ordres professionnels» qui a pour objectif de favoriser l’intégration économique de la population immigrante qui a été formée à l’étranger du Québec. C’est un programme qui est très pertinent, car les immigrants éprouvent beaucoup de difficulté à trouver des emplois aux mesures de leurs compétences. Il est fréquent qu’un immigrant ne puisse pas avoir accès un poste dans son domaine par la non-reconnaissance de son diplôme.

 

En bref, le Canada est un pays très bien organisé, bien préparé à accueillir des immigrants. Le gouvernement du Canada est dans la mesure d’offrir et il fournir différents programmes d’aide. Par exemple des programmes à la réinstallation de réfugié ainsi que des programmes d’aides financières. Comme vient l’appuyer la spécialiste Claudia Cavos qui travaille dans le Crédil, un organisme mit en place pour favoriser l’intégration des nouveaux immigrants de Lanaudière, les organismes sont une chose très importante, car ils favorisent effectivement l’adaptation et l’intégration de l’immigrant. Or, c’est un processus qui demeure long. En effet, l’intégration est une chose qui vient avec le temps.    Malgré les barrières à franchir, il n’y a rien qui limite une nouvelle personne d’avancer dans un pays comme le Canada tant dans sa vie scolaire, professionnelle ou sociale. Tout est une question d’adaptation et d’acquisition de nouvelles connaissances.

[1](Ministères de l’Immigration, diversité et inclusion) 2014-2015

[2] (Ministères de l’Immigration, diversité et inclusion) 2014-2015

[3] (Ministères de l’Immigration, diversité et inclusion) 2014-2015

Le Québec: Une terre d’accueil pour préparer l’avenir

De nos jours, au Québec, on peut observer une très grande diversité au niveau culturel.  Cela est dû en principe à la très forte immigration qui se produit depuis plusieurs années. L’immigration est en fait une composante importante à étudier lorsqu’on dresse un portrait de notre société et de notre population, puisqu’elle a un impact considérable sur la culture, la politique et l’économie de notre province.

Lorsque nous avons décidé d’aborder le sujet de l’immigration, c’était principalement parce que nous avions beaucoup d’interrogations sur le sujet. En effet, nous en connaissions peu sur le sujet autre que les stéréotypes et les informations de surface. Ce n’était pas assez et nous souhaitions en apprendre davantage par nous-même. Nous avons donc débuté avec des questionnements, qui se sont par la suite transformés en problématiques que nous avons abordé.

Après bien des recherches, nous avons réalisé que la recherche théorique ne pouvait que nous amener jusqu’à un certain point. Il y avait des questions qui restaient sans réponse et ces recherches n’avaient pas satisfait notre soif de connaissance. Nous avons donc décidé de rencontrer quelqu’un qui travaille directement sur le terrain, quelqu’un qui interagit avec des gens vivant la réalité de l’immigration au quotidien. Ainsi, nous espérions obtenir l’information qu’il nous manquait pour faire une recherche complète et représentative. Nous n’avons pas été déçus. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer Claudia Cobos, une intervenante au CRÉDIL, soit le Comité régional d’éducation pour le développement international de Lanaudière. Malgré qu’elle travaille sur le terrain de Lanaudière, elle a su nous dresser un portrait général de l’immigration au Québec, tout en répondant à toutes nos questions portant sur l’aspect plus «pratique» et appliqué de l’immigration. Grâce à elle, nous avons pu boucher les derniers trous d’informations qu’il nous manquait.

De ce fait, nous avons pu tirer des conclusions factuelles, probantes et convaincantes. Au niveau économique, nous avons déterminé que l’immigration est essentielle au bon fonctionnement de la société et du marché du travail, particulièrement avec le vieillissement de la population qui se fait de plus en plus ressentir. En ce qui concerne la politique d’immigration présentement en fonction au pays, nous pouvons conclure que celle-ci est fonctionnelle, pratique et favorise l’accueil de nouveaux arrivants au Canada. De plus, plusieurs organismes sont en place afin de faciliter l’adaptation et l’intégration de ces nouveaux arrivants. Malgré la difficulté de la première année suivant leur arrivée, les immigrants ont la chance de pouvoir s’imprégner au mode de vie québécois. Ceci dit, au niveau psychologique, le bilan demeure toutefois positif. Finalement, tous ces changements au sein de la société ont pour effet d’enrichir la diversité ethnique de notre province. Grâce à l’arrivée d’un aussi grand nombre d’immigrants, la démographie du Québec de demain est en sécurité. L’immigration est une solution prépondérante afin de contrer le vieillissement de la population et le taux de fécondité très faible de notre province. Ceci dit, son bilan est positif sous tous les aspects auxquels il touche.

 Camilo Cardenas
Malory Chassé
Marjorie Longtin

Photo du 2015-04-24 à 09.35 #3

 

 

MÉDIAGRAPHIE

     AGOSSOU, Dominique. «Effet de l’immigration internationale sur le vieillissement de la population des régions métropolitaines et non métropolitaines du Canada», Cahiers québécois de démographie, volume 31, page 275-302 [En Ligne] http://www.erudit.org/revue/cqd/2002/v31/n2/000668ar.pdf  (Page consultée le 20 avril 2015)

    BOUDARBAT, Brahim et Maude BOULET. Immigration au Québec : Politiques et intégration au marché du travail, [En ligne], 2010, http://www.cirano.qc.ca/pdf/publication/2010RP-05.pdf (Page consultée le 20 avril 2015).

     BOUDARBAT, Brahim. Les défis de l’intégration des immigrants dans le marché du travail au Québec : enseignements tirés d’une comparaison avec l’Ontario et la Colombie-Britannique, [En ligne], 2011, http://cirano.qc.ca/pdf/publication/2011RP-07.pdf (Page consultée le 21 avril 2015).

     BOUDARBAT, Brahim et Gilles GRENIER. L’impact de l’immigration sur la dynamique économique du Québec, [En ligne], 2014, http://www.midi.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches-statistiques/ETU_ImmigrProsperite_BoudarbatGrenier.pdf (Page consultée le 22 avril 2015).

CHIASSON, Paul. «Immigration: de nouveaux critères pour sélectionner des travailleurs qualifiés», Radio Canada, 19 décembre 2012 [En Ligne] http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/12/19/008-immigration-travailleurs-etrangers.shtml (Page consultée le 20 avril 2015)

DE MER, Emmanuelle. «Le Canada devient plus en plus un pays d’immigrants», Radio-Canada, mai 2013 [En Ligne] http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/National/2013/05/08/001-statistique-canada-immigrants-minorites-visibles.shtml (Page consultée le 20 avril 2015)

FOUGÈRE, Maxime. HARVEY, Simon. «Le vieillissement de la main-d’œuvre et le défi de la croissance au Québec», Cahiers québécois de démographie, volume 36, numéro 2, 2007, pages 183-216. (Page consultée le 20 avril 2015)

     GOUVERNEMENT DU CANADA, «Immigration Diversité et Inclusion», Réussir l’intégration, 2014-2015, [En ligne] http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/FR/partenaires/programmes-integration/reussir-integration.html. (Page consultée le 2 mars 2015)

GOUVERNEMENT DU CANADA. «Le bilan démographique du Québec version 2013», Statistiques Canada, 2013, 153 pages [En Ligne] http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/bilan2013.pdf (Page consultée le 20 avril 2015)

GOUVERNEMENT DU CANADA, Ministère de l’immigration, Critères de sélection – travailleurs autonomes, 2012 [En Ligne] http://www.cic.gc.ca/francais/immigrer/qualifie/demande-facteurs.asp (Page consultée le  20 avril 2015)

GOUVERNEMENT DU CANADA, Les six critères de sélection – Travailleurs qualifiés (fédéral), [En ligne], http://www.cic.gc.ca/francais/immigrer/qualifie/demande-facteurs.asp (Page consultée le 20 avril 2015).

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC, Ministère de l’immigration et des communautés culturelles. Caractéristiques de l’immigration au Québec, [En ligne], 2011, http://www.midi.gouv.qc.ca/publications/fr/planification/caracteristiques-immigration-20122015.pdf (Page consultée le 21 avril 2015).

GREGORY, Joël. «Réflexions sur les politiques d’immigration», Cahiers québécois de démographie, volume 4, numéro 2, 1975, pages 24-37 [En Ligne], http://www.erudit.org/revue/cqd/1975/v4/n2/305799ar.pdf  (Page consultée le 20 avril 2015)

LAFERTÉ, NATHALIE. «Transformations sociales : Recueil de textes et notes de cours partie 1», Québec, 2015, 75 pages.

L’OUTARDE LIBÉRÉE. Salon de l’immigration et de l’intégration au Québec, France, L’outarde libérée, 2014, 2:33 minutes. (Page consultée le 20 avril 2015)

MAROIS, Guillaume. «La migration de remplacement: un exercice méthodologique en rapport aux enjeux démographiques du Québec», Cahiers québécois de démographie, volume 37, automne 2008, p. 237-261 [En Ligne] http://www.erudit.org/revue/cqd/2008/v37/n2/038132ar.pdf  (Page consultée le 20 avril 2015)

     MICHELLE, Labelle. «Le dimensions d’intégration des immigrants, des minorités ethnoculturelles et des groupes racisés au Québec», 2015, [En ligne] https://criec.uqam.ca/upload/files/dimensions_integration.pdf (Page consultée le 2 mars 2015)

SAVARD, Luc. «L’immigration, un problème ou une solution?», La Presse, 15 juillet 2009, [En Ligne], http://www.lapresse.ca/la-tribune/opinions/200907/15/01-884344-limmigration-un-probleme-ou-une-solution.php  (Page consultée le 20 avril 2015)

STATISTIQUE CANADA. Faits et chiffres : aperçu de l’immigration : résidents permanents et temporaires, Canada, 2013 [En Ligne] http://www.cic.gc.ca/francais/ressources/statistiques/menu-faits.asp (Page consultée le 20 avril 2015)

STATISTIQUE CANADA. Naissances et indice de fécondité par provinces et territoires, Gouvernement du Canada, 2011 [En Ligne] http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/hlth85b-fra.htm (Page consultée le 20 avril 2015)

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL. Qu’est-ce que la démographie?, département de démographie [En Ligne], http://demo.umontreal.ca/departement/quest-ce-que-la-demographie/ (Page consultée le 20 avril 2015)